La traduction des fêtes nationales en Europe de l’ouest

La traduction des fêtes nationales : un « transfert » de références

Le terme « traduction » vient du latin « traducere » et signifie notamment « transporter » [1]. L’anglais, « to translate » et l’allemand, « übersetzen », quoique ces mots soient formés à partir d’autres radicaux que ceux du latin, possèdent un sens littéral comparable. Comme le suggère donc l’étymologie du terme français, la traduction d’un message d’une langue dans une autre ne consiste pas en la simple succession d’étapes de déchiffrement et de chiffrement, et ce, quelle que soit la complexité dudit message. La traduction, pensée comme éthique, implique également de s’identifier à une pluralité de communautés, de percevoir des pratiques culturelles qui se dérobent au regard d’un visiteur qui n’est que de passage, d’ériger des ponts qui sont alors la reconnaissance de besoins, d’espoirs et de bonheurs profondément humains.

Un traducteur joue ainsi sur les équivalences culturelles en déployant pleinement, pour en révéler le sens, des références sinon illisibles, en « transportant » ainsi, d’une communauté vers une autre, des monuments, des fêtes nationales, des recettes, des œuvres d’art, etc.

Nous nous proposons d’évoquer la traduction des fêtes nationales de sept pays européens afin de mieux cerner un des nombreux talents du traducteur. Nous nous focaliserons sur le cas de l’Allemagne, des Pays-Bas, de l’Espagne, du Portugal, de l’Italie, du Royaume-Uni et de la France.

Une myriade de fêtes nationales en Europe de l’ouest

La mondialisation des dernières décennies a non seulement ouvert la voie à des échanges culturels auparavant inconcevables, les langues rentrant en fusion aussi rapidement que fond une glace italienne au soleil, elle a également favorisé un regain de sentiments d’appartenance nationale. Mais parler de regain, c’est reconnaître, évidemment, que l’identité nationale est fêtée dans la plupart des pays de l’Europe de l’ouest depuis plus d’un siècle.

Jetez un œil sur la belle infographie ci-dessous et vous verrez que l’on peut distinguer trois grands types de fêtes, une multiplicité de catégories qui rend ainsi la traduction des fêtes nationales bien plus difficile.

  • Koningsdag - Photo de inyucho (Flickr) En Allemagne, en France et en Italie, ce sont des bouleversements d’ordre politique qui donnent aux fêtes nationales leur raison d’être. Le 14 juillet commémore la prise de la Bastille (laquelle se situe à une trentaine de minutes de nos bureaux Mytranslation !). Le Tag der deutschen Einheit (Jour de l’Unité allemande), bien que commémorant une réunification allemande plus récente que la chute du mur berlinois en 1989, est sans doute en grande partie éclipsée par celle-ci.
  • Aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, malgré le désaccord flou des britanniques sur la question, les fêtes nationales sont l’occasion de célébrer la stabilité et la continuité d’un régime politique (au sens large) plutôt que les chamboulements qui l’ont précédé. Les deux sont organisées en l’honneur de leurs monarques, le Koningsdag néerlandais (littéralement, « jour des rois ») étant particulièrement spectaculaire à Amsterdam lorsque les canaux débordent de citoyens vêtus d’orange [2].
  • En Espagne et au Portugal, la traduction des fêtes nationales s’appuie davantage sur l’espagnol et le portugais que sur des événements politiques. Ainsi le poète Luís de Camões, le Shakespeare portugais, est-il célébré pour avoir composé Os Lusíadas, un poème épique à la gloire des explorateurs portugais de renom. Ses récits d’aventure accordent une aura particulière aux emprunts à la bibliothèque.

Un calendrier des fêtes nationales tributaire des épreuves d’antan

La traduction des fêtes nationales : un « transfert » d’histoire partagée

Quelle que soit sa conception de l’identité nationale et quelle que soit la façon dont elle est célébrée, cette sélection de traductions de fêtes nationales témoigne bien de ce que l’histoire joue un rôle déterminant dans son articulation. Embrasser collectivement l’avenir implique de porter un regard rétrospectif sur les événements et accomplissements du passé, que ce regard s’attache à considérer la prise de prisons parisiens ou la vie rocambolesque de poètes du 16e siècle. L’historien français Ernest Renan mit élégamment en mots une telle idée en 1882 lorsqu’il avança, sensible à la hardiesse de sa métaphore, que la nation était un « plébiscite de tous les jours » [4].

Ernest Renan

Ernest Renan

Les fêtes nationales s’apparentent à de tels plébiscites ponctuels et favorisent un sentiment d’appartenance qui transcende les références historiques particulières sur lesquelles il vient s’appuyer. La traduction des fêtes nationales quant à elle, consiste en une reconnaissance de ce qui forge ces identités, en une constatation, au-delà de leurs différences irréconciliables, du besoin partagé duquel elles naissent.

La traduction professionnelle : un talent unique et foncièrement humain

Voilà seulement une des raisons pour lesquelles l’art de maîtriser la minutie des équivalences culturelles ne sera jamais complètement à la portée d’un algorithme. Décidément, comprendre est l’apanage de l’homme, et comprendre plusieurs langues, certainement l’apanage des seuls traducteurs. En conséquence, Mytranslation ne travaille qu’avec des traducteurs professionnels, et ce, partout dans le monde.

 

Mytranslation - Infographie : les fêtes nationales

Le tarif de traduction par mot et les services proposés par Mytranslation

Mytranslation propose deux services : un service Express et un service Enchères :

  • Pour les besoins urgents, nous vous suggérons le service Express. Téléchargez simplement votre document et notre système comptabilisera le nombre de mots pour vous donner un devis comprenant le prix et le délai de livraison (à un tarif de traduction fixe de 0.08€/mot). Une fois ce devis accepté, votre document sera posté sur notre place de marché en ligne où le premier traducteur qui l’acceptera commencera à y travailler immédiatement.
  • Pour les besoins moins urgents, téléchargez votre document sur la place de marché pour une période d’Enchères et recevez de multiples propositions de prix et de délais de la part de plusieurs traducteurs freelance. A la fin de la période d’Enchères, vous pouvez comparer les propositions reçues et les profils des traducteurs pour sélectionner le traducteur avec lequel vous souhaitez travailler (le tarif de traduction minimum pour ce service est de 0.06€/mot).

Pour plus d’informations, visitez notre site Mytranslation.com ou contactez-nous.

Crédits photographiques et sources

[1] – http://fr.wiktionary.org/wiki/traduire
[2] – Koningsdag
[3] – Luís de Camões, Os Lusíadas, Chant I, strophe 3
[4] – E. Renan, Qu’est ce qu’une nation ?

About Author

Stan

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to Top